0    

RETOUR
sept. 17, 2020 |
CAR | 

blÖffique Théâtre

Résidence du 26 au 31.01.2021 pour la création de La ville du chat obstiné. Travail de recherche - RencART (scolaire) : 28.01.2021

Théâtre de rue déambulatoire, Jeune Public

Note d’intention :  

Le blÖffique théâtre souhaite travailler sur une ré-écriture librement adaptée de la nouvelle « Le jardin des chats obstinés » d’Italo Calvino.
Elle y décrit les nouvelles explorations que Marcovaldo va faire, durant toutes ses pauses déjeuner, guidé par un chat errant. Ces filatures lui permettent de découvrir la ville comme un nouveau décor, d’accéder à d’autres dimensions. 

Par sa nouvelle création, la compagnie souhaite utiliser cette figure fantasmatique du chat errant pour engager la traversée d’un quartier comme un parcours initiatique, parsemé d’épreuves imaginaires à rencontrer en groupe (le groupe de spectateurs).
Poser un regard sur la ville, l'Espace public depuis le point de vue d’un chat, c’est également questionner la sensation de liberté de circulation et explorer les hors-champs, les lieux où l’on n’accède pas, comme autant d’espaces à projeter, à imaginer.

Présentation de la compagnie :

Son travail porte sur la création de formes théâtrales contemporaines dans des lieux non dédiés à la représentation. Par son intervention sur les usages, l’histoire et les mythologies d’un territoire, elle veut inscrire un univers imaginaire et surréaliste dans ces espaces familiers. Ses projets reposent sur l’expérimentation de nouvelles formes de relation au public et aux espaces en jouant avec les codes de la représentation. Le blÖffique théâtre est aussi un outil de création in situ, dédié à des moments, des lieux, des territoires et leurs habitants.

http://bloffique-theatre.com

Sophie, comédienne, et Magali, metteuse en scène, de la compagnie blÖffique Théâtre, sont venues travailler leur nouveau projet « La ville du chat obstiné », une déambulation pour le jeune public. Une création in situ sur l’exploration du territoire et de ses habitants. Une vingtaine d’écoliers ont même pris une part active dans la recherche de cette création…

D’où vous est venue l’inspiration de ce projet ?

Magali : L’idée vient de la nouvelle « Le jardin du chat obstiné » d’Italo Calvino, que Sophie m’a fait lire. C’est un duo entre un chat et un homme. Ce dernier suit le chat dans la ville qu’il connaît bien… Mais il la découvre autrement, comme une espèce de contre-ville avec d’autres règles, mais surtout d’autres espaces, etc. C’est ce qui nous a attirées : est-ce qu’on arrive à dessiner une autre ville, par un imaginaire, par une fiction, et à y circuler, même si on la connaît par cœur ?

Vous avez mené votre recherche d’écriture avec des élèves de l’école Saint-François primaire. Ce n’est pas courant comme démarche…

Sophie : Le principe de la rencontre était de proposer des expériences… Ici, en particulier, changer leurs perceptions de l’espace à proximité de leur école - que les enfants connaissent donc bien -, tout en se mettant dans la peau d’un chat.  Ils ont d’abord mis des lunettes fabriquées par Amandine, notre scénographe, qui permettent d’avoir une vision couleur proche de celle du chat. Ensuite, on a changé leur perception auditive avec un système à base de stéthoscope, pour avoir une écoute plus directionnelle. Toute cette recherche nous permet de tester les choses avec eux, voir leurs sensations, ce qu’ils ressentent, ce qui les touche.

M. : Un spectacle Jeune Public demande une écriture vraiment spécifique. Les enfants ne voient pas du tout les mêmes choses que les adultes. Il a fallu que je travaille avec eux pour en prendre conscience. La prochaine étape : travailler sur ce qu’ils croient et ce qu’ils ne croient pas dans la fiction.

Avec les enfants que vous avez côtoyés auparavant, l’objectif des recherches était-il différent de la rencontre à Ath ?

M. : L’an dernier, avec quatre classes de primaire, nous avons mené une sorte d’enquête sur ce qu’est une vie de chat. Sur des cartes, nous avons répertorié les traces de vies de chats aux alentours de l’école. Petit à petit, les enfants traçaient les déplacements des félins qu’ils observaient pendant le confinement. Ensuite, ils ont fait une série de photos. C’est de là qu’est venue l’idée de notre duo avec cette femme et ce chat qui réalisent l’atlas des chats.

Comment allez-vous transposer toute cette matière récoltée avec les enfants ?

M. : Ces expériences vont nourrir Sophie. Le temps de la représentation, elle doit rapidement sentir l’état du groupe d’enfants qu’elle rencontre. Elle doit pouvoir entrer en relation et les emmener dans cette histoire et dans une réflexion, sans avoir à déployer une autorité. Cela nécessite de partager des expériences avec eux et d’avoir plein de cas de figure qu’on aura vécus pendant les recherches et les discussions.

Travailler avec des enfants peut parfois amener des situations loufoques… Une petite anecdote ou un souvenir à partager ?

M. : Je leur ai posé la question « qu’est-ce que c’est une ville de chats ? » Une petite fille a simplement répondu que le nom des rues était le nom de chats célèbres. Effectivement, parfois, il ne faut pas aller très loin !

S. : Il y a aussi le plaisir de venir nous raconter des choses très « intimes » qui ne sont pas forcément dites dans d’autres cas. Pendant qu’on retournait vers l’école, une petite fille m’a expliqué qu’elle communiquait avec son chat par la manière de le caresser. Les enfants sont contents de pouvoir nous raconter leurs histoires.

M. : Il y en a une autre aussi qui m’a dit qu’elle interprétait, selon la position de la queue de son chat, son état.

avril 27, 2021 |

Aidez-nous à mieux communiquer avec vous et gagnez une place de cinéma !

avril 21, 2021 |

Quel succès pour nos séances spéciales « parents non admis » !

avril 19, 2021 |

En avril, aux stages Ruée vers l’Art, les enfants de 6 à 12 ans ont exploré une multitude de...

<< <
Page 1 sur 28
 > >>

Toutes les news


Nos téléchargements

  CEC_Ateliers_20-21_Ath  Saison_20-21_Maison_Culturelle_Ath   ENFANTS-LepetitCahierdArt   ADULTES-LePetitCahierdArt