0    

RETOUR
août 31, 2020 |
CAR | 

PotauFeu Théâtre

Résidence du 7 au 11.09.2020 pour la création de Bones Parade. Présentation d’étape de travail : 11.09.2020 à 18h

©Nathalie Luys

Déambulation macabre (échasse, percussion, marionnette)

© Live Moments

Note d'intention :
 
Bones Parade, une invitation au banquet final et à une danse macabre festive où se rencontrent les grands et les petits.
Sans chair et en os, les créatures déambulent dans les rues en invitant les passants à une danse festive autour de la mort, cette parade est inspirée du Mexique et de ses traditions.
 
Des oiseaux perchés sur des échasses faites d’os, masqués, des personnages à têtes de squelettes manipulant des marionnettes également squelettiques, des percussionnistes, « fouteurs d’ambiances festives », à la musique constamment en évolution. Les « Bones » se fondent parmi les gens et s’adaptent au milieu humain…
Tantôt mystérieux, tantôt taquins, ils laissent au public une impression mélangée de joyeuse découverte et d’un goût de « trop peu ».

Présentation de la Cie :

Née en 1996, l’ASBL, sous l’impulsion de Olivier Coyette et Rudy Goddin, voulait se consacrer surtout aux ateliers d’initiation au théâtre pour enfants et ados. Et ce, dans tous les milieux et avec toutes sortes de publics. Par la suite, les créations ont commencé à remplir le planning, soit avec les élèves, soit entre animateurs. 

Les créations théâtrales continuent, inspirées par les évènements marquants de l’actualité mais aussi par les aventures de son créateur et Directeur Artistique, Rudy Goddin.
Les créateurs de ce nouveau spectacle sont Rudy Goddin (comédien, échassier et musicien) et Laurent Steppé de la Cie DeFo (comédien, échassier, confection des masques et des accessoires). Ils se sont entourés de Lionel De Coster, Benjamin Mouchette, Ze Zix Band (fanfare de rue) et de Marie-Eve Montagné, costumière. 

http//potaufeutheatre.over-blog.com

Censé jouer la première de Bones Parade à Sortilèges, PotauFeu Théâtre a subi l’annulation du festival de 2020. Les comédiens et musiciens ont choisi de venir entre nos murs pour peaufiner cette déambulation et se confronter à un public… assis, normes covid obligent !

Comment vous est venue l’envie de créer un spectacle sur le thème de la mort ?

Suite à la demande du parc Pairi Daiza de faire deux échassiers pour leurs festivités d’automne, pour lesquels nous avons créé des masques d’oiseaux avec des bois de cerf, on s’est dit qu’on pourrait faire évoluer cette animation en un spectacle.
On voulait mettre la fête des Morts mexicaine à notre sauce, d’abord parce que ce n’est pas notre culture, et parce que ça aurait été trop spécifique. On fait un mélange d’éléments de rites funéraires de différentes cultures : une sorte de corbillard, un côté plutôt sombre, de l’encens, des musiques qui n’ont rien à voir avec l’Amérique du Sud, mais un côté festif qui vient de là-bas… Malgré le thème, c’est un spectacle vivant !

Pas trop déçu que Sortilèges ait été annulé ?

On devait présenter notre Première au festival, on était super content. Puis malheureusement, la nouvelle est tombée. Le confinement nous a retardés puisqu’on ne pouvait pas se réunir ou même acheter du matériel. On a de la chance de revenir maintenant, quelques mois plus tard. Ça nous a laissé le temps de faire murir le projet, on a changé et retravaillé des choses. Et rien que d’être quelques jours ici, on sent une différence : il faut qu’on soit ensemble pour créer.

Sur quoi avez-vous travaillé pendant cette résidence ?

Pour le moment, on a l’ossature du spectacle… en parlant de squelette justement (rires) ! Même si elles doivent être retouchées, toutes les scènes existent, mais ne sont pas encore assemblées. Notre objectif pour vendredi*, où nous présenterons une étape de travail, c’est de montrer quelque chose de cohérent, avec un début, un milieu, une fin. On doit lier l’histoire, la mise en place des musiques, les chorégraphies, mouvements et les caractères des personnages.

Qu’est-ce que vous attendez du public qui sera présent vendredi* ?

C’est difficile de faire des retours, surtout sur ce genre de spectacle. Mais on aimerait que les gens nous livrent les sensations et les émotions qu’ils ont eues. Malheureusement, à cause de la pandémie, on est un peu en décalage avec ce qu’on a envie de faire : à la place de déambuler, de parcourir un chemin, nous devrons tourner en rond dans la salle. Et même si on sera en rue, cela sera le même schéma pour notre première date officielle, qui n’est plus Sortilèges, mais à Tournai. Dans notre tête, Sortilèges reste une date importante, car on aura la chance d’y être en 2021.

* L’étape de travail a eu lieu le vendredi 11 septembre

 

avril 19, 2021 |

En avril, aux stages Ruée vers l’Art, les enfants de 6 à 12 ans ont exploré une multitude de...

avril 6, 2021 |

Masqués, protégés, enthousiastes, le temps d’une récré, d’une heure de cours, d’une pause, la Compagnie Enchantée, ses musiciens et...

avril 6, 2021 |

Un projet ambitieux et fruit d’un partenariat entre quatre écoles athoises !

<< <
Page 1 sur 27
 > >>

Toutes les news


Nos téléchargements

  CEC_Ateliers_20-21_Ath  Saison_20-21_Maison_Culturelle_Ath   ENFANTS-LepetitCahierdArt   ADULTES-LePetitCahierdArt