0
RETOUR
août 31, 2018 |
CAR | 

Famiglia Askiano

Résidence 29.10>09.11.2018 pour la création de « Carrousel ». Présentation étape de travail : VE 09.11 à 18h

Note d’intention :

Étymologie de « Famiglia Askiano » : 
Famiglia, un groupe de personnes qui s’aiment, se soutiennent et se respectent.
Askiano, style de vie nomade, sauvage et beau, tout en étant dur et froid.

En voulant conserver la matrice d’artistes de cirque et musiciens de rue, avec un aspect nomade et familial, les quatre artistes se sont directement retrouvés avec l’image du peuple gitan.

Une touche de passion, de tradition et de famille. Ils s’imprègnent de ce folklore et cet esthétique, mais veulent également revendiquer la différence : « nous ne sommes pas une famille gitane, nous sommes Famiglia Askiano et nous avons nos propres règles. »

Présentation de la compagnie :

Toute nouvelle compagnie, quatre artistes chevronnés - Alessandro Carocci (clown, jonglerie, clarinette), Sara Martinez (musique, clown, théâtre physique), Kathleen Ravoet (acrobatie, accordéon) et Davide Salodini (acrobate, clown, musique) - composent cette compagnie… multiculturelle.

À travers la musique et le cirque, ils véhiculent cette nécessité d’exister avec leurs différences.

www.facebook.com/famiglia.askiano

 

En se rencontrant sur d’autres projets, Alessandro, Davide, Kathleen et Sara ont décidé de croiser leurs univers et de créer une nouvelle compagnie à quatre : Famiglia Sakiano.

À vous quatre, vous maitrisez un grand nombre de disciplines : clown, jonglerie, clarinette, théâtre, acrobatie, accordéon… Est-il difficile de tout rassembler en un seul spectacle ?

Katleen : Bien sûr, c’est un réel défi, mais c’est ça qui est intéressant.

Alessandro : Nous avons trois disciplines principales : le théâtre/clown, l’acrobatie et la musique. On a conscience qu’on ne pourra pas tout exploiter. On a traversé une phase de questionnement. On n’arrivait pas à identifier ce qu’on allait raconter. Chacun maitrise ses propres techniques, mais le thème du spectacle sert à ce qu’on puisse créer quelque chose ensemble. Avec un objectif commun, c’est plus clair et plus facile.

Vous êtes au début de la création, parlez-nous du thème choisi…

Davide : C’est encore un peu vague… On a décidé de laisser de côté l’idée de représenter une famille gitane, car ce peuple a une histoire assez lourde.

Sara : On continue sur la notion d’un groupe original qui voyage et partage tout. Les personnages sont assez particuliers. Ils veulent toujours faire les choses de la meilleure manière possible… mais ils le font autrement.

D. : L’histoire se déroulera dans un hôtel ou un restaurant et les « clients » que nous accueillerons seront issus du public. On préparera quelque chose pour eux, à notre façon, et des petits désastres se passeront…

Pourquoi avoir posé vos valises durant 2 semaines au CAR ?

: J’étais déjà venu il y a un an. J’avais trouvé l’espace très grand, ce qui permet de bien s’étendre pour travailler. Et puis, on a la possibilité d’y vivre, et donc de pouvoir créer à tout moment, sans avoir un horaire établi. Ça nous permet de mieux avancer. À la MCA, le soutien aux compagnies pendant le processus de création est assez important. Par exemple, on a parlé avec l’équipe, et j’ai été surpris par le niveau d’engagement qu’elle a eu auprès de nous… c’était très bien, très positif !

Vous avez eu l’occasion de présenter une étape de travail devant un public. En quoi était-ce important pour vous ?

A : Comme on a décidé d’abandonner notre première idée, on avait un peu de mal à savoir où on voulait réellement aller. Le fait de devoir présenter quelque chose ce jour-là nous a poussés à faire des choix rapidement. Maintenant que la présentation a été faite, on va pouvoir en retirer certaines critiques constructives. 

Alors, rendez-vous le 30 mai 2019 à Sortilèges ?!

K : Peut-être pour l’édition 2020 du festival, parce que la création d’un spectacle prend toujours plus de temps que prévu. Nous ne voulons pas nous imposer le stress de devoir absolument terminer pour l’année prochaine.

A : On reviendra sûrement en résidence d’ici là.

Quels sont vos arguments pour convaincre le public de venir voir votre spectacle ?

A : On le saura dans un an peut-être…

K : On veut montrer au public quelque chose de surprenant et qui est chouette à voir.

A : Et puis, il n’y a presque jamais de spectacle qui réunisse autant de techniques, avec si peu de personnes… Je n’ai jamais vu ça.

S : Ce sera un spectacle fantastique ! (rires)

 

juin 14, 2019 |

Quand les écoliers donnent leur vision du village…

juin 13, 2019 |

La 31e édition de Sortilèges s'est terminée en beauté... 

mai 9, 2019 |

2040 enfants de toutes les écoles fondamentales athoises ont bravé la pluie, ce mercredi 8 mai, pour défiler dans les rues et exprimer leurs revendications pour...

Toutes les news


Nos téléchargements